Quand il faut, il faut !…

Ce n’est clairement pas le meilleur titre de mon blog mais il désigne bien l’état d’esprit qui accompagne la rédaction de cet article.

plo.png

Aujourd’hui je fais un point sur ma réflexion entamé dans l’article « Quand je serais grande, je serais vétérinaire !…#nope » où je vous parlais des difficultés de se choisir un avenir à dix-huit ans et d’envie de changement. Je vous annonce donc qu’à la fin de ce mois de Juin 2019, je quitte la librairie BDnet Nation pour reprendre des études de psychologie avec comme objectif d’aller jusqu’au master (seul moyen d’obtenir le titre).

C’est une décision qui a été compliquée et laborieuse à prendre. J’avais trouvé un certain équilibre entre ma vie professionnel et ma vie privée et par conséquent un certain confort de vie matériel et une indépendance financière. Seulement, une voix au fond de moi me disait (criait?) que si je ne me sentais pas totalement satisfaite c’est que quelque chose clochait. Si ce n’était ni ma vie sentimentale, ni ma vie sociale, ni le lieu de travail alors c’était le travail en lui-même. Cette révélation ne m’a pas étonnée car j’étais consciente que je ne ferais pas libraire toute ma vie mais j’avoue que je pensais y rester un peu plus longtemps. C’est surtout que je ne savais pas encore ce que je voulais faire réellement. Ayant suivi une première thérapie et démarrer une seconde j’ai pris conscience de l’importance de la santé mentale pour tous. En effet, pas besoin d’avoir une maladie mentale grave pour avoir besoin à un moment ou un autre d’aide. L’envie d’aider les gens, de me sentir utile dans un domaine qui me passionne m’a naturellement conduit vers les études en psychologie.

Finalement le plus dur dans tout ça, c’était d’accepter de retourner à la fac. On devient pas psychologue en 6 mois et je voulais une formation complète. Bien sûr qu’il existe quelques formations continues mais qui était toute très spécialisées. Vous commencez à me connaitre, je n’aime pas être piégé dans un seul domaine sans avoir exploré les autres. La formation la plus généraliste, complète et professionnel était donc un Master, ce qui signifie 5 ans d’études à la fac… J’ai mis des mois à lutter pour me convaincre que je serais capable d’y retourner car je vis toujours la non-obtention de ma licence LEA comme un échec et que j’avais l’impression d’être trop vielle pour ça. Ce sont des discussions avec différentes personnes, le soutien de mon chéri et  la réalité de la nécessité d’une formation longue et de qualité qui m’ont permis d’entreprendre les démarches pour l’université.

A l’heure où je vous écris j’ai crée mon dossier sur Parcoursup la nouvelle plateforme par laquelle on doit passer pour s’inscrire en L1. Je dois attendre la fin du mois de juin pour qu’une nouvelle phase de voeux s’ouvre (ma décision tardive m’a fait manqué la première phase) , je ne sais donc toujours pas où je vais démarrer ma licence. Dans les 5 universités parisiennes qui la propose, j’aimerais beaucoup intégré Pars-Nanterre ou Paris Descartes. Cependant, je ferais en fonction des places restantes, le plus important pour moi étant d’intégrer la formation.

Du point de vue financier, je compte utilisais mon expérience de libraire de façon ponctuelle pour avoir quelques sous et pour ceux qui se pose la question de pôle emploi on verra … mais c’est compliqué.

VOILA, j’ai enfin réussi à écrire cet article que j’ai en tête depuis plusieurs semaines. J’ai une tendance à vouloir me cacher un peu quand je sors de ma zone de confort. Ne pas faire trop de bruit autour de quelque chose dont je ne suis pas sur d’obtenir… et en même temps c’est grâce aux soutiens de mon chéri, de ma famille et de mes amis que j’ai pu prendre toutes ces décisions !

Je vous tiens bien sûr au courant de mes prochaines aventures ici !

Tatiana

Publicités

#Paietacontraception …

 

56418266_345974442951188_7435068120043094016_n

Depuis quelques jours tourne de nouveau sur facebook le hashtag #paietacontraception.  Ce sujet de la contraception revient de plus en plus sur le devant de la scène et je suis à chaque fois effarée par les témoignages que je peux lire. Je ne comprends pas comment on peut aussi mal considéré ce sujet de santé publique. Les femmes sont souvent mal renseignés, mal guidés et mal écoutés. Il y a 50 ans la pilule a permis de libérer le corps et la sexualité des femmes, elle ne doit pas devenir une contrainte aujourd’hui !
Je suis allé consulter une nouvelle gynécologue il y a quelques jours et je me suis dis que je devrais également partagé mon expérience de la contraception. L’idée étant de montrer que plusieurs histoires et alternatifs existent et qu’il faut respecter chaque femme dans ses décisions.

Lire la suite »

Quand je serais grande, je serais vétérinaire !…#nope

« Et toi tu veux faire quoi plus tard ? »

A partir de quand on nous pose cette question ? Dès la primaire, je pense, on a commencé à me le demander. Clairement, au début c’était plus une façon pour les adultes d’avoir un peu de conversation avec un enfant qu’autre chose, mais cela m’a toujours dérangée. Cette pression que l’on a si tôt de devoir déjà penser à notre avenir, alors qu’au même moment on pense juste à quel jeu on va pouvoir faire cet après-midi. Bien sûr, ça ne s’améliore pas avec le temps, au collège et pire au lycée la question se fait de plus en plus pressante.

« Non mais si tu choisis tel domaine il n’y a que peu de débouchés. » « Si tu veux que ce soit valable il faut au moins que tu ailles jusqu’au master. » « Tu ne veux pas plus tôt faire ça ? Ca rapporte bien tu sais ! »

Alors bien sûr chez certaines personnes un vocation peut rapidement émerge dès leur enfance. Mais quand tu es une ado comme moi à n’avoir pas de vocation, pas de domaine de prédilection clair et une estime de soi six pied sous terre, tu le vis un tantinet plus mal….

Lire la suite »

Et puis bonne année 2019…

Bonjour à tous, aujourd’hui pour un petit article bilan 2018 et attentes de 2019.

Alors déjà, pour ceux qui se demandent où j’étais passé depuis le Jour #18 de mon challenge « novemblog » (ça rend bien non?). J’ai tout simplement craquée. Ecrire des articles tous les jours me prenait beaucoup de temps, c’était un gros défi pour moi de rester régulière. Alors je n’ai tenu que 18 jours parce qu’à un moment la vie IRL a repris le dessus. Mais je ne considère pas cet arrêt comme un échec, je pensais craquer beaucoup plus tôt. Cela m’a fait du bien d’écrire autant sur un laps de temps court, ainsi que de me forcer à trouver de nouvelles choses à raconter tous les jours. Cela m’a également permis de partager beaucoup de chose avec vous, notamment de certains sujets que je voulais aborder depuis longtemps mais je ne savais pas par où commencer.

Par contre, ce n’était pas prévu qu’il y ai un aussi long silence radio par la suite. Je me suis beaucoup intériorisée à partir de fin novembre, j’ai fait le point sur beaucoup d’éléments de ma vie et un constat important en est ressorti. Je ne veux pas pour le moment trop m’épanchée dessus. Le jour viendra où je vous en reparlerai.

shionikki2.jpg

BON, sinon à la base c’était un article bilan de fin d’année alors je vais m’y atteler.

2018 j’ai donc commencé l’année avec un nouveau taf en librairie spécialisée BD. Depuis ma montée à Paris j’avais comme objectif en tête de travailler en rayon bande dessinée, j’étais donc ravie d’y parvenir ! Nouveau taf, nouveau rythme de travail très soutenu et tout nouvel univers !
Au mois de juillet voyage à Rome avec le chéri. C’était ma toute première fois en Italie et c’était super ! J’en garde de très beaux souvenirs. De plus, nous avons enchaîné de suite après par notre emménagement dans notre nouvel appartement.
Le mois d’Août a quand à lui était marqué par le très jolie mariage de Dorothy Convention. Un petit week-end hors du temps.
Je vais passer un peu vite sur septembre, octobre et novembre qui étaient essentiellement sous le signe du travail.

Décembre enfin, dernier mois de l’année qui a débuté par un très jolie week-end à Strasbourg. Je suis une grande fan de la période de Noël et de son esprit. Alors faire un des plus importants marché de Noël de France m’a fait beaucoup de bien.
En parlant de Noël, cette année était un peu spécial car ma famille est montée pour la première à Paris pour passer les fêtes à la maison. Travailler en librairie, et dans le commerce en général, rend très compliqué la disponibilité pour passer du temps en famille. Le fait que mes parents et soeurs soient directement à la maison, j’ai eu l’impression de pouvoir quand même passer les fêtes avec eux. Tout s’est très bien passé, j’étais heureuse de pouvoir les emmener dans certains coin de la ville que j’aime beaucoup, de pouvoir me balader avec eux et partager mon amour pour Paris.

Pour la toute fin d’année 2018 et début 2019, j’ai passé ma semaine de vacances au lit malade, annulant au passage mon séjour à Amsterdam et toute tentative de repos… Par chance j’avais un super garde-malade qui a su prendre soin de moi. Certaines décisions très importantes de 2019 ont été prises suite à cette semaine de maladie. Mais comme dit plus haut, je vous en parlerai une prochaine fois =)

Qu’attendez-vous de 2019 ? Des projets pour cette nouvelle année ? =)

Jour #18 manque d’inspiration

On est à mi-parcours de ce mois de novembre et de ce défi que je me suis lançais toute seule comme une grande et j’avoue que je commence à être en manque d’inspiration… ou de motivation. J’ai certes encore quelques idées de sujets que je voudrais aborde mais là arrive la flemme. Je ne sais plus trop quoi dire dessus, je ne prends pas la peine de faire des articles aussi construit que ce que j’aurais voulu et du coup je suis moins satisfaite de mon travail. Mais vous savez je pense que ceci est normal.

Ca va sembler bizarre d’écrire ça comme ça, mais j’avais continué le paragraphe précédent en revenant sur une période de ma vie où j’avais de nombreux skyblog et où je trainais beaucoup sur les forums. Mais pour je ne sais quelle raison la page Google de wordpress s’est fermée sans enregistrer toute le reste de mon texte. Je ne racontais rien de très palpitant, mais tout était improvisé et venait du fond de ma mémoire. Je suis extrêmement frustrée d’avoir tout perdu…Je n’ai aucune envie de remâcher ces mots, je vais donc vous laisser avec ça pour ce soir. 

*Un quart d’heure plus tard*

Bon en réalité ça m’énerve encore plus de laisser un article comme ça en plan. J’ai l’impression d’utiliser la facilité… Je pense que cet article représente bien la difficulté d’avoir de l’inspiration et de pouvoir l’exprimer. Cela fait maintenant 18 jours que certains d’entre vous me suivent sur ce blog. J’y ai partagé beaucoup de choses, plus ou moins intimes. Quand dans la vraie vie on vient me dire qu’on lit mon blog cela me fait bizarre, j’oublie presque que les gens que je connais IRL ont accès à celui-ci. Il faut dire que mes premières années sur internet se faisait sous le pseudonyme de Shio et je ne communiquais à quasi personnes les adresses de mes différents blogs et forums. J’aimais cette idée de séparer l’adolescente mal dans sa peau d’un côté à l’adolescente qui fait du graphisme et participe à la vie d’une communauté de l’autre. J’évoquais aussi beaucoup de chose assez douloureuse que je n’aurais jamais osé parlais en face. Et c’est peut-être là le soucis. Même si internet est un formidable endroit pour s’exprimer (avec bienveillance !) pendant des périodes où on est justement perdu, cela peut également devenir une bulle dans laquelle on reste prisonnier. Jusqu’au moment où le net ne suffit plus comme exutoire et qu’il faut revenir dans la vraie vie pour s’exprimer. Mais l’habitude de se cacher derrière un pseudo a pris le dessus et à découvert on ne peux rester que muet. J’ai mis des années à m’ouvrir sur certaines de mes névroses à mes proches et je commence à mieux comprendre que cette partie là à également influencée ma perception de moi-même et cette peur de m’afficher qui me colle encore. Tirailler entre l’envie de m’affirmer plus et celle de fuir dès que la lumière approche d’un peu trop près. J’ai encore un long travail à faire sur moi-même et ce blog y contribue. Alors merci de le lire, d’être bienveillant avec tout ce que j’écris et avec tout ce que je partage.

A bientôt

Tatiana

Jour #17 blabla jamais deux sans trois…

Bonjour/Bonsoir à tous, vous avez envie d’avoir un peu des nouvelles sur ma vie? C’est parti !
Je suis aller chez le dentiste lundi, ça devait faire plus dix ans que je n’y avais pas mis les pieds. Si j’avais un conseil à vous donner : ne faites pas comme moi ! N’attendez pas plus dix ans pour aller voir un dentiste parce qu’après vous ressortez avec deux caries déclarées (et peut-être une troisième qui se cache). Donc après un détartrage de la mort, et prise de rendez-vous (qu’il faut que je modifie parce que je ne sais pas lire un planning) je suis ressorti en ayant l’impression qu’on met limer les dents, en me promettant de retourner tous les ans faire des rendez-vous de contrôle !

A la boutique, cette semaine a été la première depuis mi-octobre où j’avais l’impression qu’on sortait la tête de l’eau. Dernières grosses commandes de noël reçues, rangées à peu près et c’est bon on est prêt! Entre la visite de ma soeur en début de mois, le boulot la journée et les nombreuses sortie ne semaine, il faut être honnête je n’ai pas lu grand chose. Niveau grosse sortie, ces dernières semaines c’est surtout de la suite de série plutôt franco-belge donc je n’ai pas trop l’impression d’avoir manqué quelque chose. Cependant, perdre l’habitude de lire le soir n’est pas une bonne chose. En plus j’ai acheté une énorme roman de plus 600 pages que j’ai commencé… et comme je n’aime pas recommencé un roman, je m’oblige à le continuer page par page…Je vais aussi intégrer des lectures plaisir pour m’y remette comme Saga T9 , Ajin T12 ou Redneck T2.  Après je parle de temps pour lire, mais demain (dimanche) je passe ma journée à Ikea, lundi je serais à trois endroits différents toute la journée donc ça va être encore un peu compliqué.

 

Enfin voilà, ça sera tout pour aujourd’hui, on se donne rendez-vous demain 😉

Tatiana